Le café des aidants à Lumbin

Visuel livre La parole est aux aidants.

Ce recueil, préfacé par M. Christophe Engrand, Conseiller départemental du Haut Grésivaudan, est né de ma rencontre avec le groupe des aidants qui se retrouve un mardi par mois au café l’Aterro à Lumbin, devenu le lieu du Café des aidants. Ce moment de partage en présence d’une psychologue, habituellement confidentiel, a été ouvert deux après-midi durant à cette expérience d’écriture.

Le projet, mené en partenariat avec le service autonomie de la Maison du Département et la Communauté de Communes du Grésivaudan, a abouti à la réalisation de ce livret qui sera distribué pour promouvoir le concept du café des aidants.

Atelier d’écriture

Lors du café des aidants du 6 février 2018, les textes issus de l’atelier d’écriture ont été rassemblés, nous donnant à lire la pensée sensible et sincère de Monique, Gabriel, Anne, Bernadette, Micheline, Jacqueline, Martine, aidants par nécessité, poètes par plaisir.Des mots pour soulager, les mots pour aider à changer son regard sur la maladie. Des mots guérisseurs pour mettre en lumière les petits moments où “il se passe quelque chose“ et ainsi permettre d’immortaliser ces instants rares, pour les conserver et les donner à lire à d’autres. Des mots pour partager les petites victoires, les défis du quotidien.

Le café des aidants (Monique)

S’inscrire à un atelier d’écriture lance des questions.

Qu’est-ce qu’il m’importe de poser avec des mots ?

Des mots écrits.

Que ça reste léger, digeste.

Au Café des Aidants, on parle, c’est un temps à soi,

Temps de soi, de soie, parole fragile, précieuse, translucide…

Chaude l’hiver et fraîche l’été, qui a sa route.

J’y viens en côte à côte fugitif.

Les autres me ressemblent.

En quoi ?

On se penche sur la question, on pose des poids, ça déleste. 

Curieuse chose qui fait avancer en prenant du recul.

Accompagner, aider, n’est pas le problème. 

C’est ce qui déborde, dérange, déstabilise,

Qui vient chercher l’échappatoire.

Ce que l’on voudrait autrement.

Ce que l’on ne consent pas, puisque on dit mot.

Un peu, beaucoup, passionnément, raisonnablement,

Je m’applique à l’écoute. 

Concentration, ne laisse pas tes pensées vagabonder.

Écoute et entend.

Ne juge pas.

Respecte le secret.

Direct, ça me régénère. 

 Le recueil peut se commander auprès du service autonomie – Maison du département du Grésivaudan – Bernin

 

 

 

 

Qu'en pensez-vous ?