Un recueil comme une catharsis

Quelques jours après l’accident de Luce, Nao son amoureux a retrouvé un texte qu’elle avait écrit sur une voie qu’elle travaillait avec acharnement à Ceüse. D’autres textes étaient rangés au même endroit et dans les jours suivants, nous en avons trouvé d’autres encore… Nous avions envie d’en conserver un recueil, pour chacun de nous, et peut-être pour d’autres. Laurence nous a très gentiment proposé de nous accompagner dans cette aventure. Heureusement qu’elle était là, pour nous aider à choisir les textes et les extraits à garder, pour les mettre en forme, les agencer, pour nous offrir le regard extérieur et professionnel indispensable, pour nous donner l’impulsion puis l’énergie quand nous nous essoufflions. Son écoute bienveillante, ses encouragements, ses propositions ouvertes, ses commentaires constructifs et sa patience dans nos multiples tergiversations nous ont été particulièrement précieux.

Constituer ce recueil de textes a été salvateur, comme une catharsis nécessaire. Le processus nous a permis de nous plonger dans les pensées de Luce, de la découvrir sous un autre jour, de continuer de rester près d’elle encore un peu. Le recueil en lui-même nous permet de la garder près de nous et d’en partager les pensées avec tous ceux et toutes celles qui l’ont connue ou qui auraient voulu la connaître.

Luce avait cette force incroyable qui lui permettait de tout faire pour réaliser ses rêves. Ensemble, avec Laurence, nous avons pris un peu de cette force pour parvenir à éditer le recueil de ses « pensées sans filtre », comme elle aimait à les appeler, celles qui ne s’encombraient pas des règles de bienséance et qui sortaient librement de sa plume.
Merci Laurence pour ton temps, ta générosité et ta belle énergie.

Julien Douady

Les commentaires sont fermés