Récit de vie de Clotilde

CLOTILDE

Cinquante trois jours de survie, en réanimation, après un très grave accident.

Le récit de Clotilde et celui de sa mère, en écho, nous font plonger dans un quotidien éprouvant et bouleversant.

Un témoignage utile sur le courage et le dépassement de soi.

Extrait :

Il fait beau. J’ai 28 ans. Je suis amoureuse.

Nous venons de passer un week-end magique en Drôme Provençale, mon berceau familial, au cours duquel mes meilleurs amis se sont mariés.

Et ce matin, nous roulons tranquillement sur la jolie route sinueuse de Gourdon. C’est une journée banale, nous ne sommes pas pressés. Nous irons d’abord récupérer la voiture de Sylvain au garage de Bar-sur-Loup où elle a été révisée en fin de semaine dernière. Nous continuerons ensuite notre route vers Antibes pour travailler à la voilerie parapente, Sylvain en moto, moi en voiture.

Nous approchons de Châteauneuf-de-Grasse.

Nous passons devant la carrière de la Sarrée.

Deux kilomètres plus loin, à la sortie d’un virage, nous nous retrouvons face à deux camions ! Un gros camion benne de chantier, se rendant à la carrière, est en train de doubler un camion poubelle stationnant sur sa voie pour collecter les ordures ménagères.

Il nous est impossible d’éviter le camion benne qui est sur notre voie. Tout se passe en une fraction de seconde où nous voyons arriver le pire, impuissants.

Le camion tente de se rabattre en donnant un coup de volant. Sylvain freine sans perdre le contrôle de la moto. Mais inévitablement, nous nous retrouvons coincés entre le camion benne et le talus qui se trouve à notre droite.

Nous le percutons violemment.

Sylvain est projeté au sol, loin de moi.

Je tombe et je glisse en me déportant sur l’autre voie. En se rabattant, les roues arrière du camion benne me roulent sur les jambes, fracassant mon fémur droit, mon bassin, mon bras gauche, mes côtes, mon foie, ma rate… Ma tête protégée par mon casque intégral heurte vraisemblablement un pneu, me fracturant la mâchoire et les cervicales, une grosse trace noire sur un côté du casque en témoignera.

Je tombe dans le coma immédiatement. Je n’ai aucun souvenir de la collision.

C’est le blackout  total.

Les commentaires sont fermés