La parole est d’or

(Extrait d’un article rédigé pour l’agence de communication Comasoi)

La parole est l’un des vecteurs de la communication où chaque mot a son importance ; elle se décline en discours, en émissions radio, en textes déclamés au théâtre, en chansons, slam, rap, en slogans…

Prendre la parole, avoir la parole… Un acte engageant

Dans un groupe, les extravertis ont la capacité de prendre la parole spontanément, de convaincre plus facilement les autres, à la différence des introvertis qui sont moins à l’aise et reflètent un sentiment de timidité, voire d’incompétence. On dit « prendre la parole », ce qui implique de s’imposer pour parler, de s’approprier l’espace de parole.

Alors prendre la parole, est-ce un acte guerrier ? Selon des études d’impact, la prise de parole n’est pas uniquement verbale ; si on en croit le schéma ci-dessous, tout se joue dans la manière d’être, l’attitude physique, le ton de la voix, la qualité du débit.

On sera surpris de voir la faible part accordée au contenu des mots prononcés… Être un bon orateur c’est donc mettre de l’intention dans nos paroles, de l’engagement, de la conviction.

La parole convainc, la parole fait du tort ou du bien, la parole peut tuer aujourd’hui.

La parole est partout, elle envahit nos vies, véhiculée par les écrans, les podcasts, les chaînes vidéo. Chacun peut prendre la parole et contacter la terre entière ! Elle se substitue à la présence physique par le biais des outils de visioconférence qui fleurissent depuis un an, voire par la technique de  l’hologramme qui devient un mode de communication politique.

Contrairement à l’écrit, la parole utilise des outils sensoriels : le ton de la voix, selon qu’elle est forte ou faible, douce ou rageuse, la qualité du débit, selon qu’il est précis ou confus, la diction, selon qu’elle est empruntée ou populaire, et l’attitude physique, très impactante, véhiculée par l’image aujourd’hui omniprésente qui, nécessairement, influence considérablement le message.

Une entreprise prend la parole lorsqu’elle rédige ses posts sur les réseaux sociaux, lorsque son dirigeant s’exprime dans un discours, ou qu’il s’adresse à ses collaborateurs ou via une annonce presse, radio, télé. Le travail du communicant est primordial dans les choix qui sont faits en termes d’image, de contenu (mots clés, argumentaire…) car prendre la parole c’est vouloir séduire, convaincre, transmettre, informer, toucher, provoquer, déranger. On prend rarement la parole sans une intention précise.

Donner la parole, couper la parole… Une responsabilité

Dans nos démocraties « à l’occidentale », le jeu est aussi de savoir donner la parole, de savoir laisser s’exprimer tous ceux qui ont quelque chose à dire.

On a vu ces derniers temps la parole se libérer autour de sujets de société à travers les mouvements Me Too, Balance ton porc etc. Un jaillissement de révélations autour de sujets jusqu’ici considérés comme tabou s’est produit, comme si l’époque confinée que nous vivons dans nos corps empêchés de s’exprimer, de se rencontrer, avait ouvert les vannes de l’oralité. Les réseaux sociaux aidants, la parole circule de toute part, donnant lieu à des débordements comme les fake-news qui envahissent les espaces d’information et sont désormais décortiquées et démenties au journal télévisé.

Certains messages sont entendus, d’autres non, tout est question d’arbitrage. Car la parole peut être censurée, étouffée, coupée. On le voit, dans nos expressions de langage, de nombreux verbes d’action viennent se marier avec la parole. C’est preuve qu’elle revêt un caractère essentiel, indispensable à notre fonctionnement sur le plan personnel, familial ou professionnel et que bien souvent, la parole cherche à engendrer l’action.

Gérer la parole, tenir parole… Animer une réunion

La parole apaisée est une parole exprimée, entendue et respectée, par le jeu de l’écoute et de l’échange. Dans un groupe, il est opportun de désigner un animateur qui gère le temps de parole, qui arbitre les discussions pour éviter les tensions que peuvent susciter les désaccords et qui veille à la parité dans la prise de parole.

La parole suscite le dialogue si elle est bien maniée, alternant l’acte de prendre ou de donner la parole, dans le but d’une construction commune. Elle vient en résonance à toute forme de communication (voir article les théories de la com => mettre le lien) avec pour mission de développer l’intelligence collective autour d’un projet, d’une idée, d’un concept.

Dans la sphère professionnelle, la parole est à l’œuvre lors des réunions d’équipe et pour être productive, certaines règles issues des techniques de management et de la CNV* entre autres, sont à respecter comme par exemple :

  • Utiliser le principe SMART pour canaliser les étapes d’une réunion en soignant la présentation de ses objectifs :

S comme Spécifique : énoncer clairement les objectifs de la réunion, de l’entretien ou du projet

M comme Mesurable : être capable de définir et d’énoncer mes indicateurs de réussite

A comme Acceptable : savoir être ambitieux pour être motivant tout en restant mesuré

R comme Réaliste : être pertinent dans son argumentaire pour fédérer l’équipe autour du projet

T comme Temporellement défini : fixer des étapes pour faire le point sur l’avancement du projet et une date butoir.

  • Définir un ordre du jour simple
  • Choisir un mode d’animation : avec support (paper board ; post-it ; powerpoint) présentations croisées, brainstorming…)
  • Prévoir des temps de parole et d’échanges calibrés
  • Utiliser la méthode IPPDA : Informations, Problèmes, Propositions, Décisions et Actions pour réaliser un compte-rendu sous forme de tableau de bord où la parole récoltée se transforme en passage à l’acte.

*La communication non violente est un processus de communication élaboré par Marshall B. Rosenberg dans les années 1970. Ce mode de communication nous permet de devenir de plus en plus bienveillants, authentiques, et empathiques avec les autres. Il peut donc être utilisé dans toutes interactions de la vie quotidienne : en couple, avec ses enfants, au travail…

La CNV se révèle être un moyen très efficace pour gérer les conflits, et permet aussi de mieux cerner ses propres besoins.

  • S’exprimer avec sincérité pour favoriser un échange authentique.
  • Apprendre à diriger son attention pour être plus attentifs aux mots que nous utilisons, ainsi qu’à ce que dit notre interlocuteur.

Avec la CNV, nous apprenons à exprimer nos besoins profonds et à entendre ceux des autres, même en réunion professionnelle.

Les commentaires sont fermés