19th Ave New York, NY 95822, USA

Animer un atelier d’écriture

Aujourd’hui, nous « prenons le large » à la mission locale Grésivaudan.

C’est toujours avec émotion que je regarde ces jeunes gens concentrés sur leur texte, souvent après un passage d’excitation, de turbulence à l’annonce de la thématique du jour.
Quand on est face à sa page blanche, il y a toujours un moment de doute, un moment de panique où on a l’impression que l’on ne va pas y arriver, que l’on n’est pas inspiré, que ce n’est pas le bon jour…
Et puis, le silence s’installe, chacun entre dans son monde, dans sa bulle, aidé sans doute par le fond musical que j’aime diffuser pour accompagner les « écrivants ».
J’aime écouter ce silence, ces respirations qui s’apaisent, le bruit du stylo qui hésite, s’élance, rature, puis trouve sa cadence.
Il y a quelque chose de magique dans ce moment suspendu de l’écriture et du collectif, qui forcément influe sur la concentration et sur l’inspiration.
J’annonce les 10 minutes qui restent pour conclure et se relire…
« Déjà ? » Eh oui, le temps passe vite lorsqu’on est à la tâche, sans son téléphone, sans autres distractions que celle de se confier à la page.
Alors vient le moment des lectures : émotions garanties !
On rit, on a la larme à l’œil, on est surpris et finalement, chacun est fier et étonné de voir ce qu’il est en capacité de créer.
Nous passons ensuite un temps à améliorer la production, à lui adjoindre une image inspirante pour la mettre en valeur, puisque, telle une œuvre, elle sera ensuite exposée pour qu’il en reste une trace.
Que ce serait dommage de laisser ces textes au brouillon !
Un texte parle de nous, à un instant T, et c’est un morceau de nous qu’il est bon de s’approprier, de garder, comme un arrêt sur image.

A l’heure où tous nos écrits sont virtuels, où écrire une lettre n’a plus cours, pensons à fixer nos pensées, nos révoltes, nos états d’âme sur la pellicule de nos vies.